30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 08:57

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Informations
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 18:46

1ère étape : Assouplissez vous !

Flexion – Réflexion

Il s’agit d’assouplir sa pensée et de sortir des schémas rigides sur l’habitat traditionnel.

Il faut comprendre qu’on peut disposer d’un logement privatif avec toutes les commodités de la vie moderne

tout en envisageant de partager des espaces avec d’autres habitants pour favoriser les échanges , la coopération , l’entraide et faire des économies substantielles en lien avec les enjeux environnementaux.

Respirez à fond l’air sain de l’Habitat Participatif !

2ème étape  :  Sautez à pieds joints. Jetez vous à l’eau

Utilisez les énergies des autres ! Jouez coopératif plutôt que solo.

La rencontre avec de futurs habitants partageant votre envie d’habitat participatif est déterminante.

C’est la démarche collective plutôt parcours résidentiel individuel qui est la clef de la réussite de l’habitat participatif.

Confronter ses envies, ses valeurs avec celles des autres, s’enrichir de leurs expériences, partager les savoir faire...

3ème étape :  Faites vous accompagner par un professionnel

La coopération même si elle était naturelle aux temps préhistoriques (!!), cela ne s’improvise pas.

L ’aide d’un accompagnateur professionnel de l’habitat participatif , véritable « coach sportif », est souvent indispensable.
C’est avec lui/elle que vous formaliserez votre projet commun. Que vous transformerez vos envies en projets concrets, médiatisables, compréhensibles par celles et ceux que vous devrez convaincre pour obtenir les sésames : plan de financement, subventions, permis de construire etc...

 

4ème étape :  Faites preuves d’agilité et de souplesse !

... pour faire évoluer votre projet dans le dédale des contraintes administratives, juridiques et fiscales.

La confrontation avec les dures réalités d’un montage de projet d’habitat est incontournable. C’est aussi l’heure des choix :  Quel foncier ? Construire du neuf ou rénover de l’ancien ? En ville ou à la campagne ? Comment concilier la volonté de mixité sociale, d’intergénérationnel avec les contraintes financières ? quels décideurs interpeller et dans quel ordre : élus, bailleurs sociaux, institutionnels, promoteurs ???

 

5ème étape :  Tenez la rampe :

montez 4 marches , redescendez 2 marches, remontez 4 marches, recommencez...

L’Habitat Participatif pour aboutir nécessite de la ténacité, de la constance et de ne pas céder au découragement !
De multiples aléas jalonnent toujours le parcours de l’accès à ce type d’habitat :

  • des aléas internes au groupe des futurs habitants avec des parcours de vie qui peuvent remettre en cause la participation au projet collectif ,

  • des aléas externes au groupe du côté des décideurs financiers, des soutiens de collectivités, des garants de l’environnement juridique ou réglementaire...

    La force du groupe , du collectif , sa « gouvernance » faite de souplesse et de détermination permet , ou pas, de surmonter ces obstacles.

6ème étape : gardez l’équilibre , visez juste !

Plus le but approche , plus il y a nécessité de garder un équilibre au sein du groupe afin de réajuster en permanence les contraintes qui s’imposent (financières, juridiques, fiscales) avec les attentes initiales qui ne pourront pas toutes être atteintes : choix de matériaux, choix énergétiques, surfaces partagées, espaces coopératifs ...

Ces réajustements entre l’idéal et le possible sont permanents tout au long du projet et ne doivent jamais être vécus comme des renoncements.

7ème étape :  Votre projet est abouti

Prévoyez d’emblée de le faire évoluer dans le temps...
Et partagez votre expérience avec d’autres groupes de futurs habitants !!

 

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Projet
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 16:36

Cela fait maintenent plus d'une année que nous n'avions rien publié sur ce blog du projet d'habitat coopératif à Pamiers.

Et pour cause !  Devant le refus du propriétaire de l'immeuble de vendre son bien à l'Office HLM (qui lui en faisait une proposition honorable sur la base du prix estimé par l'administration des Domaines), notre beau projet s'est trouvé irrémédiablement bloqué. 

Ce fut donc une année difficile. Plusieurs familles pour qui l'absence d'échéance de réalisation du projet devenait vraiment difficile à assumer, ont décidé de le quitter.

Le groupe restant, refusant de baisser les bras, s'est mis à la recherche d'autres immeubles (la moitié du centre ville de Pamiers est à vendre) susceptibles d'accueillir un projet d'habitat coopératif.

Mais soit les espaces apparaissaient inadaptés, soit le prix était beaucoup trop cher et puis un nouveau projet signifiait aussi tout reprendre à zéro, le projet architectural, la répartition des logements, les études préalables, le montage financier…

Et puis nous avons décidé de participer aux Journées Portes Ouvertes de l'habitat participatif organisées dans toute la France à l'initiative de la Coordin'action qui fédère les très nombreux groupes projets et organisations de soutien à ce concept de l'habitat partagé.

Il faut aussi dire qu'entretemps s'était produite une avancée majeure, le vote par le parlement d'un projet de Loi (ALUR) sur le logement dont un chapitre consacrant l'habitat participatif qui se voit ainsi doté d'un statut légal pour la première fois en France.

Nous avons donc invité les appaméens, les élus, nos partenaires mais aussi nos amis des groupes projets de Midi-Pyrénées avec qui nous militons au sein d'Alter Habitat à venir passer avec nous l'après-midi du dimanche 19 octobre dernier dans une salle municipale prêtée par la Mairie.

P1040470-copie-1Nous avions mis les petits plats dans les grands !  

A leur arrivée sur le site, les participants  étaient invités à ramasser un galet peint en blanc pour "apporter leur pierre à l'habitat coopératif" .

Puis en montant l'escalier (la salle est au deuxième étage), ils étaient conviés à suivre le "parcours sportif" de l'habitat coopératif inventé par Daniel.P1040466

Après un premier temps de discussions informelles, nous avons présenté le projet de Loi grâce à un diaporama confectionné par nos amis de Toulouse et répondu à de nombreuses questions des quelques 40 personnes dèjà présentes.

Nous a alors rejoint une délégation des autres groupes projets de Midi-Pyrénées, arrivée en même temps que le Maire de Pamiers, le député, le conseiller général…

Et c'est donc devant une assistance fournie que nous avons projeté un documentaire d'une quinzaine de minutes, tourné par une amie journaliste au cours des deux années d'élaboration de notre projet.

Un beau film qui retrace tellement bien l'aventure humaine que représente un projet comme celui-là.P1040471

Et c'est dans le débat qui s'en est suivi que nous avons appris de la bouche de Monsieur le Maire, que la Municipalité avait décidé de lancer une procédure d'utilité publique, afin de pouvoir acquérir l'immeuble sur lequel nous avons élaboré notre projet.

Prenant la parole à son tour, le député qui vient de voter avec ses collègues la Loi sur l'habitat participatif, nous assurait de son soutien et disait à quel point il pensait important pour la ville de Pamiers, qu'un projet comme le nôtre puisse voir le jour.

P1040475C'est donc avec la perspective de voir notre projet se relancer, que nous allons attndre le début de l'année 2014, en espérant que les promosses qui nous sont faites pourront être tenues.

Du coup nous avons décidé de relancer la promotion du projet pour trouver de nouevlles familles désireuses de se joindre à nous.

Une réunion d'accueil et d'information est organisée le samedi 30 novembre prochain, à la maison des associations de Pamiers. Vous y êtes les bienvenus à partir de midi, pour faire connaissance et partager une part de cake et un coup à boire.

P1040456

 

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Projet
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 09:33

Histoire (en construction) d’un projet d’habitat groupé coopératif et citoyen à Pamiers

 

C’était il y a deux ans, l’association « Penser la Ville à Pamiers » organisait avec l’appui de la Municipalité, une journée d’information sur l’habitat coopératif.

L’idée était née quelques mois plus tôt au sein de cette jeune association dont l’objectif de repenser de manière citoyenne une ville plus écologique, plus équitable et plus solidaire, avait naturellement servi de creuset.

Une initiative qui rencontre un vrai succès puisque ce 10 juin 2010, plus de cent personnes vont venir découvrir le concept d’habitat coopératif (grâce à quelques panneaux explicatifs, l’organisation d’une table ronde et la projection d’un documentaire de Christian Rouaud sur l’extraordinaire Maison Radieuse de Rezé) :  être individuellement locataires d’un appartement et collectivement propriétaires d’un immeuble, accéder chacun à un logement personnel correspondant à ses besoins, tout en partageant avec ses voisins une salle de jeu pour les enfants, une buanderie, une chambre d’amis, un salle coopérative et surtout, gérer le tout collectivement de manière démocratique et coopérative…

Résultat le soir même, une vingtaine de familles intéressées qui vont dès lors constituer le noyau de cette très belle aventure humaine.

D’emblée les premières réunions font apparaître les différences et les convergences des motivations qui poussent chacune et chacun à vouloir habiter la ville autrement.

Pour certains qui ont vécu Mai 68, la vie en communauté, des expériences coopératives et puis surtout la vieillesse de leurs propres parents, l’idée c’est de ne pas attendre de voir sa mobilité et son énergie décliner avec l’âge, pour imaginer une autre façon de vieillir, coopérative, autonome et solidaire.

Pour d’autres dont les enfants sont encore jeunes, un des enjeux est de vivre dans un environnement où différents adultes seront là pour les aider à grandir, à transmettre ces savoirs et ces valeurs qui d’une génération à l’autre, aident à développer la tolérance et la faculté de jugement.

Et puis il y a celles et ceux pour qui se loger dignement est vrai problème économique et qui aimeraient bien qu’habitat social ne rime pas nécessairement avec quartier relégué et voisinage subi.

Enfin pour toutes et tous il y a cette intuition que la réhabilitation du « vivre ensemble » dans la ville est une des solutions pour anticiper de manière collective et responsable la fin du gaspillage énergétique et la nécessité d’engager une véritable transition écologique.

Bref une fois actée la compatibilité des motivations, il s’est agit tout au long de la première année, de construire ce projet de vivre ensemble

De quel logement chacune et chacun a besoin, a envie, a les moyens ?  Quels espaces peut-on envisager de partager, pourquoi faire, avec quelle règle du jeu ?  Qu’est ce que c’est qu’on fonctionnement coopératif ?  Faut-il se coopter, se doter d’une charte coopérative ?

Pour avancer sur ces points, l’intervention d’un médiateur s’est avérée indispensable. Il lui permet d’aider à jeter les bases d’un programme, se doter d’une charte et valider collectivement la constitution du groupe des futurs habitants.

Dans le même temps le groupe arrête son choix sur un immeuble dans le centre ancien de Pamiers, inhabité depuis de nombreuses années, dont les volumes et la localisation lui paraissent convenir au projet. Le propriétaire en veut un prix déraisonnable, mais qu’à cela ne tienne, un compromis de vente est signé après de dures négociations ce qui permettra de lancer les études et d’imaginer un premier montage juridique et financier.

De leur côté, la ville et la communauté de communes de Pamiers ont décidé de lancer une opération de réhabilitation urbaine dans ce quartier qui compte des centaines de logements vacants, qui a vu la plupart de ses commerces fermer et dont la population s’est fortement précarisée.

Le projet d’habitat coopératif arrive donc à point nommé pour démontrer qu’on peut imaginer d’y vivre bien, en recréant l’indispensable mixité sociale et générationnelle qui permet à chacun de se sentir à sa place aux côtés des autres.

Cependant, malgré les aides financières prévues par la Collectivité, le groupe dont la moitié des familles sont éligibles au logement social et l’autre en capacité d’acquérir leur appartement, va vite se rendre compte qu’il est devenu quasiment impossible, dans un pays qui n’a toujours pas de statut juridique pour l’habitat coopératif, de financer un programme mixte de logement social et d’accession à la propriété.

S’ensuivra dès lors une longue et passionnante recherche du montage juridique et financier qui permettrait quand même de réaliser cette utopie indispensable (voir l’encart ci-contre).

Ce sera donc une société coopérative, constituée avec les futurs habitants comme premiers sociétaires, qui va prendre seule le risque d’acheter l’immeuble, d’y rénover et construire quinze logements dont elle revendra la moitié à l’Office départemental des HLM, pour que les familles éligibles puissent y être logées avec des loyers sociaux.

Culottée et innovante, cette solution permet dès lors au groupe de prendre l’initiative, en choisissant une équipe d’architectes pour étudier et surtout chiffrer le projet. C’est ainsi que va se mettre en place tout au long du deuxième semestre 2011 un processus passionnant et difficile de co-construction du programme entre le groupe et les architectes.

Les familles vont ainsi découvrir que bâtir c’est d’abord des contraintes :  faire des choix difficiles entre des options architecturales qui ont toutes des avantages et des inconvénients, faire rentrer les aspirations individuelles dans des volumes existants, reconsidérer les surfaces pour que leur coût soit compatible avec les moyens de chacun…

C’est cependant au cours de cette période que le groupe va se souder, découvrir sa vraie capacité d’écoute réciproque et de solidarité, imaginer plus concrètement la façon dont les familles auront à vivre ensemble dans le futur immeuble. Une expérience humaine riche et inoubliable qui, quoiqu’il advienne du projet, aura profondément changé le regard que chacun porte sur la propriété, la convivialité, la solidarité et la manière de vivre ensemble dans la société.

Début 2012, les architectes présentent au groupe un projet superbe, répondant au mieux aux aspirations individuelles et collectives. Mais il y a un problème, de taille, le coût ramené au mètre carré habitable (la référence retenue par les HLM) est trop élevé de 20% !

Il faut donc reprendre l’épure, tailler dans les coûts, renoncer à des options architecturales et environnementales. Qu’à cela ne tienne, les architectes se remettent au travail mais tout le monde a pris conscience de la réalité des causes de la crise du logement :  un accès au foncier rendu prohibitif, du fait de la spéculation et la faiblesse des règles d’urbanisme, des coûts de construction qui ont explosé (normes et matières premières), des partenaires financiers qui ne veulent plus prendre aucun risque…

Résultat, le projet accuse un an de retard, les HLM ayant dû renoncer à le programmer en 2012. Pour autant, le groupe ne renonce pas. Un nouveau projet architectural plus économe a été validé, les contacts ont repris avec les partenaires pour compléter les financements, une discussion est conduite avec le propriétaire de l’immeuble pour faire baisser le coût.

Utopie à suivre donc, le groupe ayant décidé quoiqu’il arrive de poursuivre sa magnifique aventure, y compris en déplaçant le projet vers un autre îlot du centre ville dont la municipalité est en train d’acquérir les immeubles pour son opération de rénovation urbaine.

 

Bernard Brunet

Documentaire de 2005 « Dans la maison radieuse » de Christian Rouaud coproduit par France 3 Ouest et les éditions Lilith, sur l’immeuble coopératif construit à Rezé par Le Corbusier.

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Projet
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 16:01

Si nous n'avons pas alimenté ce blog depuis un bon bout de temps, c'est que toute notre énergie était prise par le choix d'une option architecturale, la finalisation du programme d'habitation et le chiffrage du projet.

C'est ainsi que nous avons finalement opté pour un projet qui parie sur la réhabilitation de la quasi totalité de l'immeuble existant, dont nos architectes nous ont fait découvrir aussi bien l'intérêt architectural que la richesse patrimoniale.

Ce choix, lourd de contraintes techniques, nous a été facilité par la proposition (élaborée par le service d'urbanisme de la Ville et l'appui financier de Communauté de Communes) d'acquérir un petit immeuble contigu au nôtre.

Cela permettra de faciliter un aménagement de la parcelle et de valoriser le cœur d'îlot en s'intègrant au mieux dans le projet de rénovation urbaine du Centre ancien de Pamiers.

L'image ci-dessous donne une idée de ce que sera l'aspect du projet rue Gabriel Péri avec sa magnifique façade du 18ème siècle rénovée et son prolongement contemporain avec la reconstruction du petit immeuble voisin.

MAQUETTE3D-05Il a fallu ensuite inscrire le programme (c'est à dire les 15 appartements avec leurs spécificités et les espaces coopératifs) dans un espace contraint par ces vieux murs. Un tour de force pour les architectes mais surtout de longues discussions entre nous et de nombreuses concessions au principe de réalité, pour que chaque famille trouve une place qui lui convienne (étage, exposition, situation sur la rue ou sur la cour, dans le neuf ou dans l'ancien, accès, terrasses, proximité de l'ascenseur…).

Nous y sommes parvenus et cela a été un moment très important pour le groupe, dont la solidarité et l'engagement se sont trouvés considérablement renforcés.

Bien entendu tout le monde ne rentrait pas dans l'ancien et les architectes ont proposé d'ajouter une aile au bâtiment existant, avec l'escalier monumental comme module d'articulation entre les deux.

Vu de la cour, cela va donc donner ça :

MAQUETTE3D-01

A ce stade de notre démarche l'enthousiasme a été général. Restait cependant le plus important, chiffrer ce magnifique projet, ce que les architectes et les bureaux d'étude se sont employés à faire dans le détail.

Et bien sûr, même si on pouvait s'y attendre, le résultat a fait apparaître un prix plus élevé qu'espéré, en tous cas trop cher au mètre carré pour rentrer dans l'enveloppe fixée par les HLM et les possibilités d'acquisition sociale des familles accédantes.

Nous en sommes donc là, il va falloir reprendre le chiffrage poste par poste, faire des concessions en termes de prestations (choix des matériaux et des équipements), mais aussi trouver d'autres sources de financement.

C'est donc le branle bas de combat, toute notre énergie, tout notre temps de travail disponible, toutes nos relations sont mobilisées pour trouver les solutions à la faisabilité du projet.

Fin janvier nous réunirons tous nos partenaires (la banque, les HLM, la SACICAP, la commune, les services de l'Etat, nos mécènes et tous ceux que nous arriverons d'ici là à entraîner dans notre aventure) pour présenter le projet et décider de sa réalisation.

A suivre donc…

L'ONU a choisi 2012 pour être l'année internationale des coopératives !  Ce sera donc nécessairement notre année et la vôtre, amis, partenaires, lecteurs de ce blog qui croyez en notre projet.

Nous vous la souhaitons la meilleure possible en tous cas et nous vous donnons rendez vous en février pour les résultats de cette phase décisive.

Bernard.

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Projet
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 18:26

Dans le cadre du Mois de l'ESS l'association "Penser la Ville à Pamiers" propose d'animer un premier Café Citoyen sur le thème de l'habitat coopératif le jeudi 10 novembre prochain.

Les futurs habitants de l'immeuble coopératif en projet rue Gabriel Péri, viendront y présenter leur belle aventure humaine, l'utopie réaliste dont ils engagé collectivement la réalisation : rénover un immeuble ancien dans le centre ville pour y créer 14 logements individuels et plusieurs espaces coopératifs partagés (salle coopérative, chambre d'ami, salle de jeu, buanderies…).

Mixité sociale et générationnelle, réhabilitation de l'image de l'habitat collectif, habitat durable, dissociation de la propriété et de l'usage du logement, réinvention du "vivre ensemble", tous ces fondements et thématiques de l'idée d'habitat coopératif pourront ensuite faire l'objet du débat avec les participants.

Le rendez-vous est fixé jeudi 10 novembre 2011 à 20h30 au Bar "L'Étrier" situé dans le bas de la rue Gabriel Péri, en face du café associatif "le petit grain".

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Informations
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 19:03

Bonjour,

 

Toujours pas de temps pour fair un article complet, nous vous donnons donc les dernières nouvelles du projet en style télégraphique, n'hésitez pas à nous contacter pour plus d'info.

  • Nos architectes se sont mis au travail, un relévé complet du bâtiment existant et une première réflexion sur le programme.
  • Les contacts avec nos partenaires se poursuivent, les HLM et la SACICAP ont validé l'éligibilté des familles concernées par les différents types de statuts.
  • Nous avons pris un rythme de réunions tous les quinze jours, dans l'objectif de finaliser un avant projet détaillé avec les architectes d'ici la  fin novembre.
  • Nous verrons alors si le projet est réalisable économiquement, et dans l'affirmative nous espérons déposer la demande de permis de construire avant la fin de l'année.

A suivre…

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Projet
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 09:35

Août 2011

  • Le principe du montage juridique et financier est acquis
  • Nous avons choisi notre équipe d'architectes
  • Compromis de vente signé avec le propriétaire de l'immeuble
  • Avant projet sommaire prévu pour le mois d'octobre
  • Dépôt du permis de ocnstruire avant la fin de l'année

Plus d'infos détaillées quand nous aurons un peu de temps pour écrire.

 

En attendant un lien vers un article assez complet das Place Publique  link

 

Bernard.

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Projet
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 17:09

Le montage de notre projet étant depuis quelques semaines en phase d'accélération et de concrétisation, voici quelques (bonnes) nouvelles avec des informations qui nous ouvrent des perspectives réelles :

 

Nous sommes en train de constituer une Société Coopérative par Actions Simplifiée (SAS coopérative à capital variable Loi de 1947) dotée d'un capital de départ de 300 000 Euros apporté par les futurs habitants. Son objet sera d'acheter l'immeuble, de lancer les études (architecte, études de sol), de déposer le permis de construire et de réaliser les travaux pour le compte des personnes physiques et morales qui achèteront les appartements (voir plus loin).

 

Nous nous sommes mis d'accord avec le propriétaire de l’immeuble de la rue Gabriel Péri sur un prix d'achat ainsi que sur les termes d’un compromis de vente (sous-seing privé) que nous allons signer à la fin du mois de juin.

 

Nous sommes en train de consulter trois équipes d'architectes et nous en choisirons une d'ici fin juin, à qui nous donnerons mandat d'élaborer d'ici la fin de l'année (en étroite collaboration avec le service d'urbanisme de la ville et l'Architecte des Bâtiments de Fance) un avant projet définitif (APD) permettant de déposer une demande de permis de construire.

 

Nous avons pris un contact officiel avec une banque coopérative  qui se dit prête à nous suivre dans les conditions du montage décrit ci-dessous.

 

Mais l'information la plus importante et qui change significativement la donne, c'est que nous avons eu une nouvelle réunion avec le directeur de l'OPAC de l’Ariège (Office HLM) et son homologue de la SACICAP Pyrénées (ex CIL, promoteur de la formule PSLA), lesquels au vu du montage que nous leur présentions, nous ont formellement proposé de porter le volet social du projet.

 

 Notre SAS coopérative pourrait ainsi construire pour le compte de l'OPAC les 6 à 7 logements destinés à ceux d'entre nous qui seront locataires sociaux et de la même manière à la SACICAP les 4 ou 5 logements destinés à ceux d'entre nous qui s'avéreront éligibles au PSLA.

 

L’achat « sur plans » (le terme technique est « Vente en l’Etat de Futur Achèvement ») de ces appartements au « promoteur coopératif » par nos deux partenaires institutionnels, nous garantit le financement du volet social de notre projet, tout en nous laissant la pleine maîtrise de sa conception.

 

La SAS coopérative quant à elle, pourrait ainsi « construire » les 5 logements coopératifs de ceux d’entre nous qui avons tout de suite la possibilité de constituer son capital. Elle réalisera de la même manière les 150 mètres carrés d’espaces collectifs dont tous les habitants de l’immeuble deviendront progressivement propriétaires en remboursant chaque mois l’emprunt contracté auprès de la banque pour le financer.

Mais elle sera surtout la clé de voûte de notre système coopératif, la structure à la gouvernance de laquelle tous les habitants seront associés quel que soit leur statut (locataire social, accédant à la propriété ou coopérateur fondateur).

 

Le schéma ci-dessous tente d’éclairer un peu ce montage complexe (mais qui est le seul en l’état à nous permettre de réaliser ce projet en mixité sociale et générationnelle) :

 

 

 Schéma

 

Ces propositions que nous font l'OPAC et la SACICAP ont plusieurs avantages :

 

Elles confèrent une forte crédibilité à notre projet grâce à la présence de deux partenaires institutionnels qui disposent du financement nécessaire pour acquérir les appartements en VEFA.

 

Elle permettent de réaliser pleinement notre projet coopératif de mixité sociale dans un partenariat public/privé très innovant.

 

Elles n'empêchent pas les locataires sociaux de devenir coopérateurs en acquérant progressivement des parts de la SAS coopérative qui finance les espaces collectifs.

 

Elles ouvrent la possibilité d'un accord entre la SACICAP et l'OPAC, la première pouvant "revendre" au second un logement PSLA dont le locataire accédant s'avérerait défaillant, afin de le maintenir dans les lieux, sous forme cette fois d'appartement HLM classique.

 

Mais elles posent également plusieurs questions dont celle de l'attribution de ces futurs 6 ou 7 logements HLM à des locataires issus de notre groupe, sachant :

  • que trois de ces ménages ont déjà fait l'objet d'une attribution d'un logement HLM et que les autres dont les revenus et la situation familiale correspondent aux critères, pourraient dès maintenant s'inscrire comme demandeurs de façon à être honorablement positionnés sur la liste d'attente dans deux ans lors de la livraison des logements,
  • que la Communauté de Communes qui est susceptible de cofinancer ces logements, pourrait demander un droit de réservation au profit des personnes engagées dans le projet coopératif,
  • que le nombre et la production de logements sociaux publics sur Pamiers est plus qu'honorable et susceptible par conséquent de minorer la tension entre l'offre et la demande.

 


 

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Informations
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 11:09

Bonjour,

Les statistiques du Blog indiquent que chaque jour quatre à cinq personnes se connectent pour découvrir notre projet ou avoir des nouvelles de son évolution.

Pourtant, depuis plusieurs semaines, nous n’avons plus pris le temps de mettre ce blog à jour, car nous étions pris par le travail sur le projet qui a maintenant pris son rythme de croisière.

Voici donc des nouvelles du projet à l’intention de toutes les personnes qui nous suivent et que nous invitons à nous contacter si elles souhaitent plus de détails.

 

Les futurs habitants

15 « familles », 25 personnes (avec les enfants) de 3 mois à 70 ans, une belle diversité de parcours de vie et de motivations…  Notre groupe apprend à se connaître en se réunissant tous les quinze jours pour travailler au projet d’immeuble coopératif, mais il reste ouvert à toutes les personnes que le projet ou même simplement l’idée d’habitat coopératif intéresse.

 

L’immeuble

Notre choix est maintenant arrêté sur le 53 rue Gabriel Péri. Le propriétaire est d’accord pour nous le céder et nous réfléchissons avec lui sur la formule de son association au projet, de façon à ce que nous n’ayons pas à supporter d’emblée le coût du rachat estimé à 300 000 €.

Et ce d’autant plus, que la façade rue Gabriel Péri est sans doute la seule chose qui subsistera après travaux. En effet tous les avis professionnels convergent vers l’hypothèse d’une démolition et d’une reconstruction, seule manière de pouvoir inscrire techniquement dans l’espace, un plan astucieux de quinze appartements et de leurs multiples espaces coopératifs.

 

La réflexion sur le projet

Nous avons donc commencé à travailler sur le projet d’habitat coopératif, c’est à dire sur ce que chaque famille souhaite habiter comme espace privatif et partager comme espace collectif.

Mais la question est aussi de savoir comment nous allons vivre ensemble dans cet immeuble.

Pour réfléchir à toutes ces questions, nous bénéficions de l’appui d’une équipe spécialisée que la Collectivité nous aide à financer (une subvention de 7 500 € nous a été attribuée fin décembre par la Communauté de communes du Pays de Pamiers).

C’est Stéphane GRUET et son équipe de l’association AERA de Toulouse qui nous accompagnent pour ce travail. Stéphane est architecte, enseignant, philosophe… Convaincu et passionné de l’idée d’habitat coopératif, il a contribué à la création d’une formule de « Société coopérative immobilière d’accession progressive à la propriété » qui permet à un projet coopératif de s’adosser à organisme public d’HLM. Il accompagne plusieurs projets de ce type à Toulouse et ailleurs.

 

La méthode et les outils pour élaborer le projet

Les réunions du groupe sont donc préparées et animées par l’AERA qui a mis au point des outils et des méthodes, dont nous apprécions l’efficacité l’intelligence coopérative.

Nous avons ainsi tout d’abord travaillé à l’élaboration de la Charte de la coopérative qui définit les valeurs et les principes qui nous permettront de vivre ensemble dans cet espace partagé, solidaire, respectueux de l’intimité et de la différence de chacune et de chacun.

Puis nous avons planché individuellement sur nos besoins et nos envies. Quel logement voulons nous, combien de pièces et quelle distribution, quelle situation dans l’immeuble, quelle surface ?

Ces désirs ont ensuite été confrontés à la réalité économique des possibilités de chaque famille (quelle surface pour quel revenu, pour quelles aides au logement…).

Parallèlement nous réfléchissons ensemble sur nos besoins et envie d’espaces partagés et collectifs. Buanderies, chambres d’amis, salle polyvalente, jardin, terrasses, parking…  Où ça, pour quoi faire, combien ça coûte et comment on le finance ?

Des groupes de travail ont été constitués pour réfléchir à toutes ces questions. Ils permettent à chacune et à chacun de s’investir vraiment dans la conception du projet. Ils permettent aussi de débattre de questions de fond.

Par exemple, si on veut un jardin (et tout le monde le souhaite) il sera impossible d’avoir également un parking de 15 ou 20 voitures. Alors, qui tient absolument à avoir sa voiture en bas de l’immeuble ?  Qui accepte de la garer Place Milliane à cinq minute à pied ?  Qui est prêt à partager une voiture avec deux autres familles ?

Mais la question se pose aussi des accès à l’immeuble. Faut-il un accès dans la rue principale, avec ou sans interphone ?  Et côté cour, portail ou pas portail ?  Et la salle polyvalente, ouverte sur l’extérieur à des associations ou des amis ?  Et pourquoi ne pas imaginer qu’une association à vocation culturelle puisse intégrer le projet afin d’occuper une partie de l’ex local commercial du rez-de-chaussée ?

Toute ces réflexions et le travail collectif avec l’AERA vont se poursuivre jusqu’à l’été prochain, date à laquelle Stéphane GRUET pense pouvoir rédiger le « programme » du projet. Ce document qui décrira en détail les besoins individuels et collectifs, servira de base à l’architecte que nous choisirons pour en réaliser la traduction concrète.

 

Le montage juridique et financier

Là, ça se complique !!!!  Nous savons que c’est le point sur lequel achoppent la plupart des projets d’habitat coopératif en France, du moment qu’ils ont  une ambition (c’est notre cas) de mixité sociale et générationnelle. En effet, les dispositifs d’aide au logement sont tous extrêmement spécialisés et donc quasiment impossibles à articuler entre eux.

Ainsi pour les familles de notre groupe qui ont une structure « classique » (couples avec enfants) et des revenus salariés « de classes moyennes », les dispositifs d’aide au logement les plus intéressants sont ceux de l’accession classique à la propriété (Prêt à Taux Zéro, Prêts du 1% logement, emprunts bancaires classiques).

Par contre pour les plus âgés d’entre nous (retraités pauvres ou un peu plus aisés), ces mécanismes ne fonctionnent plus de la même manière et posent la question, au cas par cas, des aides au logement social ou de l’acquisition conventionnelle.

Enfin pour les familles de notre groupe monoparentales et/ou bénéficiaires du RSA, les aides les plus intéressantes sont celles du logement social (public ou privé), dont les montages seront difficilement compatibles avec les dispositifs précédents.

Bref, un joli casse-tête en vue auquel nous nous attaquons avec la volonté d’innover et de convaincre nos partenaires de la nécessité d’ouvrir des nouvelles pistes en la matière.

 

Le programme des semaines à venir

La priorité de ce mois de janvier sera donc d’avancer sur le montage juridique et financier. Des rendez-vous seront pris avec l’ANAH, l’Office départemental des HLM, le Crédit Coopératif, la Maison de l’habitat…  Nous espérons aussi disposer rapidement d’un devis pour la démolition et demander à un architecte de faire une première estimation de ce que pourrait coûter la reconstruction.

Nous avons également prévu de tous nous retrouver autour d’un repas convivial le samedi 15 janvier pour apprendre à encore mieux nous connaître en parlant d’autres choses que du projet d’habitat.

Et puis aussi, nous irons à plusieurs le lendemain à Toulouse rencontrer les autres projets d’habitat coopératif de la Région Midi-Pyrénées qui se sont donné rendez-vous pour échanger sur leurs expériences réciproques.

Enfin nos réunions d’élaboration du programme avec l’équipe de l’AERA continuent. Les prochaines sont prévues les vendredis 21 janvier et 11 février, toujours à la Maison des Associations de Pamiers à partir de 18h30. Elles sont ouvertes à qui veut prendre contact avec nous.

 

Partager cet article

Published by habitercooperatifapamiers.over-blog.com - dans Projet
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog